Comment reconnaître une lithographie de Picasso ?

Je voudrais vous parler des quelques estampes de ma collection qui ne valent pas trois kopecks. Mais ce n’est pas grave, elle permettront d’illustrer mes erreurs de débutant !

Une fausse affiche de Picasso.. ?

Affiche Picasso Lithographie Hommage à René CharAffiche Picasso Lithographie Hommage à René Char

Observez cette charmante affiche de Picasso… Le motif est joli est l’impression semble être en lithographie, comme le suggère le vendeur.

Alors quel est le problème ? Eh bien le vendeur indique que cette œuvre est une lithographie originale. Ni une, ni deux, mon excitation grandit et je n’hésite pas à dégainer ma carte bleue. Il faut savoir que les affiches de collection de Picasso se vendent entre 500€ et plusieurs milliers d’euros…

Mais après mon achat, je décide de ne pas me fier à la description de l’œuvre et de consulter le catalogue raisonné de l’artiste :

Affiche Picasso Lithographie Hommage à René Char

Décryptons ces indications ensemble. Déjà, cette affiche semble sortir de l’imprimerie Mourlot, ce qui est une très bonne chose, puisqu’on parle d’un l’imprimeur de légende. Ensuite, elle a été réalisée par Henri Deschamps, qui était le chromiste attitré de Picasso. Le chromiste est l’artisan qui interprète l’œuvre d’un artiste, c’est-à-dire qu’il reproduit une œuvre existante (ici, un dessin intitulé « Tête d’homme III »).

Une dernière chose, on peut voir une référence au catalogue raisonné des affiches de Picasso (« Czwiklitzer, Picasso Plakate »). C’est évidemment un bon signe que cette affiche soit référencée officiellement…

Alors, que penser de cette œuvre ? Il s’agit bien d’une affiche d’époque imprimée en lithographie. C’est donc bien une œuvre de collection ! Mais il ne s’agit pas d’une œuvre originale de Picasso. En effet, pour qu’elle soit originale, il faut que l’œuvre ait été réalisée en lithographie par l’artiste lui-même… Moralité ? Le vendeur a utilisé des termes fallacieux pour vendre cette litho… Mais je me retrouve quand même avec une jolie affiche !

Une lithographie de Picasso à 50€ ?!

Dans l'atelier lithographie Picasso pour ces peintres nos amis

Voici une image qui décore mon appartement. Il s’agit d’une lithographie de Picasso que l’on trouve régulièrement et que j’ai longtemps voulu posséder. J’en étais tout à fait heureux, jusqu’à ce qu’un doute me saisisse : avais-je vraiment pu obtenir une lithographie originale de Picasso pour 50€ ?

Cela faisait plusieurs années que cette œuvre illustrait mon couloir (on fait comme on peut à Paris !), et la question de son authenticité ne m’était pas venue…

Bref, je me dirige vers ma bibliothèque et ouvre le superbe catalogue des lithographies de Picasso pour en avoir le cœur net. Voici ce que je vois :

Dans l'atelier lithographie Picasso pour ces peintres nos amis
Légende : Jaime Sabartes – Pablo Picasso Fernand Mourlot Editeur, Paris In-2 (44,4 x 33,4 cm), en feuilles. © M. Champetier

Couverture rempliée illustrée de deux lithographies originales en couleurs sur les deux plats. Livre illustré de 4 lithographies originales. Edition : 50 exemplaires de tête numérotés de 1 à 50 + 200 exemplaires numérotés de 51 à 250. Références : Cramer n° 88.

Qu’est-ce que cette notice nous indique ? Ce que je prenais pour une lithographie était en fait la reproduction (un simple poster) d’une autre œuvre de l’artiste.

Cette lithographie a donc été réalisée pour illustrer un livre de J. Sabartès et imprimée par Mourlot. Le tirage, à 200 exemplaires, explique pourquoi cette lithographie est souvent disponible à la vente. Elle prouve aussi que le prix que j’avais payé (50€, à l’époque), était bien trop bas !

Moralité, il est toujours bon de vérifier et de bien comprendre les notices de catalogue raisonné avant d’acheter une œuvre (surtout sur internet). Notamment, je vous suggère de bien faire attention aux dimensions de l’œuvre et au papier utilisé afin de différencier deux tirages différents d’une même pierre…

Enfin, quand cela semble « trop beau pour être vrai »… C’est sûrement le cas !

Vous souhaitez en savoir plus ?

Pour en savoir plus, je vous conseille évidemment de vous référer aux catalogues raisonnés des affiches de Picasso. Il en existe plusieurs versions, dont la plus accessible est celle-ci : Pablo Picasso, Plakate, 1923-1973: Werkverzeichnis (DTV Kunst)  (ce livre existe aussi en français, en grand format).

Pour plus d’informations sur les catalogues raisonnées de Picasso (il en existe de nombreux !), vous pouvez consulter le site de la galerie Champetier (en bas de cette page) ou ce site de référence.

Et si vous étiez passé à côté, l’œuvre entier de Picasso est répertoriée sur internet, à cette adresse (en envoyant une demande à online.picasso.project at gmail.com. Vous me remercierez plus tard !)

Le mot de la fin va à David Hockney

Si, comme moi, vous pouvez feuilleter des catalogues raisonnés pendant des heures, sachez que notre passion est aussi partagée par le célèbre David Hockney ! Eh oui, quand il reçoit un invité dans sa splendide maison californienne, son premier réflexe est souvent d’ouvrir quelques pages du Zervos (le catalogue des peintures en 33 volumes) pour s’ébaudir à plusieurs du génie créatif de Picasso. On le comprend !

La peinture moderne vue par les nazis

Karl Hofer, les années noires

Visite de l’exposition « Les années noires » à Berlin

C’est dimanche. Arrivé à la fin de la journée, une envie pressante me fait sauter sur mon vélo pour pousser les portes de la Hamburger Bahnhof, musée d’art contemporain à Berlin. L’expo finissait dans quelques jours et je ne pouvais pas rater ça : les peintres modernes allemands et leur rapport à l’autorité nazie.
Continuer la lecture de « La peinture moderne vue par les nazis »

Käthe Kollwitz, l’œuvre miroir d’une époque

Die Freiwilligen (Les volontaires), tirée du portfolio "La guerre", gravure sur bois, 1922, 34x49.

J’aimerais vous parler d’une artiste dite « expressionniste » dont j’ai laissé de côté l’œuvre pendant quelques années. C’est en visitant le musée de Berlin qui lui est consacré que son œuvre gravée, surtout, m’a sauté aux yeux pour ne plus me lâcher.

Son œuvre est presque uniquement composée de gravures, majoritairement des eaux-fortes et lithographies mais également quelques gravures sur bois très puissantes et expressives, comme on le verra.
Continuer la lecture de « Käthe Kollwitz, l’œuvre miroir d’une époque »

Visite de la galerie Nierendorf à Berlin

Le paradis de l’amateur

Je viens de découvrir une merveille. Un paradis de la lithographie. Un joyaux pour qui s’intéresse à l’art expressionniste à Berlin, j’ai nommé la Galerie Nierendorf, spécialisée en peintures expressionnistes et surtout en estampes : des milliers de lithographies, gravures sur bois et dessins de mes peintres allemands préférés (et peut-être les vôtres). Au menu, Otto Dix, Emil Nolde, Karl Hofer et bien d’autres… Avec de véritables œuvres d’art, classées dans des boites, prouvant que l’estampe peut être aussi intense que la peinture (vous en doutiez ?).
Continuer la lecture de « Visite de la galerie Nierendorf à Berlin »

La vente de la semaine : Bruun Rasmussen

Lis Zwick, 1982, 15 x 21, éd. de 250.

Une vente colorée…

Bruun Rasmussen, c’est une maison de vente danoise spécialisée dans les œuvres d’arts d’Europe du nord. On trouve principalement des tableaux et estampes du groupe CoBrA, avec en tête Karel Appel, Asger Jorn, Pierre Alechinsky, Corneille, etc. La maison organise régulièrement des ventes en ligne d’estampes modernes. C’est toujours une occasion pour faire des affaires ou voir de passer de belles pièces.
Continuer la lecture de « La vente de la semaine : Bruun Rasmussen »