Collectionner des estampes

L’estampe, c’est quoi ?

Actuellement, une imprimante permet de reproduire, selon différentes techniques, tous les supports papier que nous connaissons, à partir d’un original au format physique ou numérique. Mais avant l’inondation de publicités dans nos boîtes aux lettres, les supports de communication étaient tirés grâces aux techniques traditionnelles de l’estampe.

Comparez un tirage lithographique, par exemple, et une reproduction moderne, et vous verrez que le tirage à la machine comporte des rosaces de couleur (sortes de petit points) absent de la lithographie. En quelque sorte, l’estampe est plus nette : cela s’observe avec un compte-fil ou une loupe, et parfois à l’œil nu.
Voilà pourquoi les affiches de Picasso ou de Matisse, souvent des lithographies originales, possèdent aujourd’hui une valeur certaine.

 David Hockney, affiche d'exposition originale en lithographie
David Hockney, affiche d’exposition originale en lithographie

L’estampe, véritable œuvre d’art

Les estampes d’art, quant à elles, proviennent du désir d’un artiste de diversifier son œuvre, d’expérimenter de nouvelles techniques ou de diffuser son travail au plus grand nombre. Presque tous les artistes du XXème siècle ont produits de nombreuses estampes.

On peut évoquer Picasso, qui a pratiqué toutes les techniques de l’estampe et nous a laissé un nombre d’œuvres incroyable. Ou encore Hundertwasser, qui a produit énormément de sérigraphies dans le but de rendre son œuvre accessible au plus grand nombre.

Le paroxysme de cette volonté est représenté dans son œuvre Good Morning City, sérigraphie tirée à 10000 exemplaires et coûtant seulement 100 Marks à sa sortie.

Hundertwasser, Good morning city, sérigraphie, éd. de 10000 en plusieurs couleurs (© DR)

Une estampe est donc une œuvre d’art à part entière. Mais pour être considérée comme telle, elle ne doit pas reproduire une œuvre existante. Elle doit former un projet esthétique inédit. Puisque son tirage est limité à un petit nombre, la série est considérée comme une œuvre, ainsi que chaque estampe la composant.

Un peu de vocabulaire…

Le mot « estampe » partage son étymologie avec « tampon ». Il provient de l’italien stampa signifiant « impression ». On retrouve cette notion de « presse » dans l’allemand Druck et l’anglais print provenant, comme « imprimer », du latin imprimere (presser sur). La boucle est bouclée !

Le lien entre tous ces termes et les trois grandes techniques d’impression est bien la presse, qui va appuyer la feuille contre le support marqué et laisser l’empreinte (print) sur le papier.

Image de couverture : Hans Hartung, L-33, 1973 / Picasso, Françoise, 1946