La lithographie

Pour compléter la présentation générale des trois grandes familles d’estampes, intéressons-nous aux techniques d’impression à plat comme la lithographie et la sérigraphie.


La lithographie, ou gravure sur pierre – bien qu’il ne s’agisse pas toujours de gravure -, est l’action de dessiner sur une pierre calcaire à l’aide d’un corps gras. La pierre est ensuite enduite d’un fixateur et lavée à l’eau. La technique repose sur le principe d’incompatibilité entre l’eau et la graisse, l’encre ne restant que sur la surface dessinée. La pierre est ensuite encrée, et l’estampe tirée.

Miro travaillant sur une pierre lithographique
Miro travaillant sur une pierre lithographique

Cette méthode, très employée, procure une liberté totale à l’artiste qui peut utiliser les différents instruments et techniques du peintre. La pierre peut aussi être gravée ou grattée pour obtenir différents effets.

On peut différencier, sur le papier, la vraie litho de la reproduction moderne en ce qu’elle ne présente pas les rosaces propres à l’offset ainsi que par son odeur d’encre caractéristique.

La plaque de zinc ou le papier transfert peuvent jouer le même rôle et sont parfois préférés à la pierre par leur facilité d’usage. Une pierre lithographique s’avère très lourde et difficile à manipuler, surtout dans le cas d’estampes composées de plusieurs couleurs, où une pierre est employée par couleur.

Maurice Estève, Péribule, 1957, 49 x 68 cm, éd. de 1000 (©Champetier) Estampe, lithographie, gravure sur bois, eau-forte, art
Maurice Estève, Péribule, 1957, 49 x 68 cm, éd. de 1000 (© Champetier)

La sérigraphie

Andy Warhol réalisant une sérigraphie
Andy Warhol réalisant une sérigraphie

Le principe de la sérigraphie est celui du pochoir. L’écran constitué de soie (séri) permet de définir les zones qui ne seront pas encrées. Pour chaque couleur est utilisé un pochoir, ou écran (screenprint en anglais), découpé selon la forme désirée. Ce procédé est très bon marché et plutôt simple d’utilisation et de prise en main. Il a permis la démocratisation de l’art imprimé (pensons à Warhol et Lichtenstein dont les œuvres ont été tirées à plusieurs milliers d’exemplaires) et a donné la capacité de production suffisante pour soutenir l’industrie capitaliste naissante (pour la réalisation d’affiches, de t-shirt, etc.)