L’encadrement en question

Vous l’avez compris dans cet article sur la conservation des œuvres d’art sur papier, l’encadrement est une pratique contestée. J’ai conscience qu’il paraît contre-intuitif d’affirmer « n’encadrez pas l’oeuvre que vous chérissez », alors que c’est le premier réflexe de conservation.

Ceci dit, au même titre qu’il vaut mieux manger des légumes même s’ils ne sont pas bio, il est plus judicieux d’opter pour un bon encadrement qu’un mauvais stockage (si vous me permettez la comparaison culinaire).

Vous trouverez donc ici, résumées, les bonnes pratiques d’encadrement. Ces informations sont valables pour vos estampes, dessins, aquarelles, photos et toute œuvre d’art sur papier. Pour tout encadrement, mieux vaut vous fier à un encadreur professionnel habitué de l’estampe (malheureusement, tous les encadreurs ne travaillent pas dans les règles de l’art). Si vous réalisez l’encadrement vous-même ou achetez un cadre standard, prenez en compte les matériaux utilisés : ceux-ci doivent être dépourvus d’acide (au pH supérieur à 7).

Composition d’un cadre

Encadrement composition cadre

1 – Cadre. Il s’agit des baguettes de bois (ou de métal) qui composent le cadre. Le choix de celui-ci dépend de vos goûts. Pour une estampe, un cadre simple, noir ou blanc, fait très bien l’affaire. À voir selon le caractère de l’œuvre.

estampe japonaise vitre anti-UV encadrement
(cliquable)

2 – Vitre. Ne vous ruinez pas en investissant dans une vitre anti-UV. Pourquoi ? Car, premièrement, vous n’accrocherez pas vos œuvres sur papier en contact avec la lumière du soleil. Et, de plus, ces vitres protègent très peu les œuvres, qui vont se décolorer. Les passionnés de chez Ukiyoe-gallery ont fait un test poussé de ce genre de vitre (sur l’image de droite, une moitié de l’estampe était « protégée » par une vitre anti-UV, l’autre moitié était masquée).

3 – Passe-partout. Ce morceau de carton a un rôle esthétique et protecteur. Il permet d’isoler l’œuvre de la vitre afin qu’elle ne soit pas écrasée, et de manière à former un mince espace permettant à l’air de circuler (pour éviter la condensation). On peut employer un, deux ou trois passe-partout pour créer différents effets d’encadrement. Si la feuille de l’estampe possède de jolies barbes, veillez à ne pas les masquer.

4 – Fond. Le fond du cadre est une feuille de carton sans acide créant un écran entre l’estampe et le dos du cadre (généralement en bois acide). L’estampe est collée au fond pour la maintenir en place, puisqu’elle ne doit pas tenir par la pression de la vitre ou du passe-partout, au risque d’être marquée. Attention, l’estampe doit être fixée au fond grâce à une colle naturelle, jamais avec une colle chimique ou du scotch.

5 – Dos. Le dos du cadre est donc une plaque de bois permettant de rigidifier l’ensemble. L’estampe ne doit pas être fixée sur le dos du cadre mais sur un écran en carton permanent (le fond du cadre).

Dans ce joli sandwich, nul doute que votre estampe se conservera pendant plusieurs générations ! Certains systèmes d’attache rapide permettent de démonter le cadre facilement afin de remplacer l’œuvre. À vous de voir !

Quelques conseils…

Si vous avez le moindre doute concernant l’encadrement d’une œuvre, fiez-vous aux services d’un encadreur professionnel, en veillant à ce qu’il utilise des matériaux sans acide et que son encadrement se compose des éléments vus au-dessus. En théorie, un encadreur digne de ce nom respectera les standards de conservation .

Andy Warhol encadrement sotheby's

L’estampe doit être protégée par le cadre, qui doit s’adapter à elle, et non le contraire. Ainsi, ne coupez jamais les marges de l’œuvre et n’appliquez aucun produit (colle, scotch, doigts !) sur celle-ci.

En termes esthétiques, tous les (dé)goûts sont dans la nature. Ceci-dit, un choix de passe-partout de couleur blanche ou crème semble le plus commun. Pour le cadre, je ne peux que vous conseiller un bois noir, mat ou foncé. Vous pouvez aussi employer des baguettes d’une couleur rappelant un détail de l’œuvre. Ceci à vos risques et périls, la faute de goût n’étant pas loin !

Pour l’accrochage, respectez les règles élémentaires exposées dans cet article sur la conservation (LIEN) et vos estampes ne souffriront pas. Pour mémoire, il s’agit d’accrocher votre œuvre sur un mur sain, non exposé à un courant d’air et loin d’une source de chaleur. Et, évidemment, à l’abri de la lumière du soleil ou d’une lumière artificielle un peu trop forte.

screen-shot-2016-10-10-at-18-50-33Enfin, les cadres à « ouverture facile » (image de droite) sont à envisager pour faire tourner régulièrement vos images. Les amateurs d’estampes japonaises sont coutumier de la chose puisqu’ils ont l’avantage de collectionner des pièces dont la taille est relativement standard.

Voilà pour la partie « encadrement ». Je garde volontairement cet article court pour ne pas vous encourager à encadrer vos estampes, car comme vous le savez, les œuvres sur papier ne sont conservent vraiment bien que soigneusement rangées !

Page suivante : Manipuler et transporter une estampe >

Share Button
CatégoriesNon classé